Betterave – un superaliment indigène

Chaque automne, nos agriculteurs partenaires régionaux livrent leurs betteraves biologiques fraîchement récoltées à notre usine de jus de Tägerwilen. Nous les utilisons pour fabriquer notre pur jus pressé naturel selon les principes de Biotta:

  • 100% naturel
  • 100% bio
  • 100% pur jus, nous n’utilisons pas de concentré redilué
  • Sans sucre ajouté (contient naturellement du sucre)
  • Sans colorants, conservateurs ni arômes
  • Sans vitamines ajoutées (les fruits et légumes contiennent leurs propres vitamines)
  • Produit dans le respect du climat

Mais en quoi la bet­te­rave est-elle donc un lé­gume si par­ti­cu­lier? Re­gar­dons-y de plus près:

  • Source naturelle de potassium
  • Aide au maintien d’une pression artérielle normale
  • Contient de précieux phytonutriments

Bet­te­rave su­crière, bet­te­rave four­ra­gère, bet­te­rave po­ta­gère : les va­rié­tés ne manquent pas. Le lé­gume-tu­ber­cule, peine tou­te­fois à conqué­rir le grand pu­blic, ce qui ex­plique que dans les sta­tis­tiques, la bet­te­rave, en dé­pit de sa no­to­riété, ne fi­gure pas dans le top 10 des va­rié­tés de lé­gumes les plus consom­mées en Suisse. Il semble pour­tant que la bet­te­rave ait été consom­mée dès l’An­ti­quité, elle a donc eu plus de quelques siècles pour se faire une place dans notre ali­men­ta­tion. Les Ro­mains furent les pre­miers à la culti­ver avant qu’elle ne se ré­pande dans toute l’Eu­rope, y com­pris en Suisse. De­puis, la bet­te­rave est un lé­gume in­di­gène qui af­fec­tionne les sols li­mo­neux aqueux et hu­mides, que l’on trouve, par exemple, dans la ré­gion du lac de Constance. Outre la fa­meuse bet­te­rave rouge, le lé­gume-tu­ber­cules se dé­cline éga­le­ment en une va­riété jaune (do­rée) et une autre blanche.

Dans l’in­dus­trie ali­men­taire, la bet­te­rave rouge sert sou­vent de co­lo­rant na­tu­rel. Elle peut être éga­le­ment uti­li­sée en tant que tel à la mai­son, par exemple dans les ri­sot­tos ou les des­serts. Sa cou­leur rouge pro­vient des bé­ta­cya­nines – des sub­stances vé­gé­tales se­con­daires – qu’elle contient. Comme les autres lé­gumes, la bet­te­rave rouge est une source na­tu­relle de po­tas­sium. Se­lon des études, cet oli­go­élé­ment fa­vo­rise l’ex­cré­tion de l’eau par l’or­ga­nisme. Le po­tas­sium as­sure éga­le­ment la trans­mis­sion des in­for­ma­tions de cel­lule à cel­lule. Il est donc es­sen­tiel au fonc­tion­ne­ment op­ti­mal de l’en­semble de nos or­ganes et aussi du sys­tème ner­veux. Un ap­port adé­quat en po­tas­sium aide en outre à main­te­nir une pres­sion ar­té­rielle nor­male.

Pour­quoi donc al­ler cher­cher des su­per ali­ments exo­tiques dans des pays loin­tains alors qu’un lé­gume lo­cal sou­tient lar­ge­ment la com­pa­rai­son en termes de bien­faits pour la santé ?